LEO : Circulation sur la rocade : ça suffit !

42563motorway_98968.png

Nous le devons aux habitants des quartiers Sud qui ont à subir quotidiennement un trafic de plus de 45 000 véhicules, synonyme de multiples nuisances environnementales et sanitaires (bruit, pollution, insécurité routière…).
Nous le voulons pour réussir l’ambition urbaine que nous nous sommes collectivement donnés pour transformer durablement le cadre de vie et la qualité de vie de ces quartiers
Nous le réclamons pour que demain, la rocade Charles De Gaulle redevienne un boulevard le long duquel il sera agréable de se balader et que petits et grands pourront enfin traverser sans crainte !
Nous le souhaitons pour faire de notre ville un territoire zéro transit et ainsi assurer une meilleure qualité de vie à l’ensemble des Avignonnaises et des Avignonnais.

Nous proposons 5 solutions dont certaines peuvent se mettre en place très rapidement :
Obtenir le déclassement, avec effet immédiat, de la Rocade, aujourd’hui voie à grande circulation, pour en finir avec son caractère éminemment routier, et lui donner un caractère urbain, et donc plus humain.
Instaurer des arrêtés municipaux permettant d’interdire le trafic de transit, notamment celui des poids lourds, sur l’ensemble de l’agglomération et en premier lieu sur la Rocade.
• Démarrer au plus vite, les travaux de connexion des autoroutes A7 et A9 au niveau d’Orange permettant de rendre attractive, notamment pour les poids lourds en transit, la jonction Est/Ouest par le réseau autoroutier.
• Négocier avec Vinci Autoroute, la gratuité pour les actifs navetteurs de l’autoroute entre les entrées et sorties Avignon Nord et Avignon Sud, comme c’est déjà le cas dans nombre d’agglomérations.
• Réaliser de vraies études sur la faisabilité et la comparaison d’un tracé rive gauche de la Durance s’appuyant sur le réseau routier existant dans le nord des Bouches-du-Rhône, afin de préserver les écosystèmes de la Durance et de la Ceinture Verte, tout en oeuvrant à l’attractivité et au développement économique de nos territoires.